En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.OkEn savoir plus

Accueil > Montpellier > Orientation > Pratique

Soutien scolaire - Bonnenote.fr le site polémique qui fait les devoirs à votre place

Même les devoirs s'achètent ! Le site Bonnenote créé la polémique, explications, éclairage juridique et test du service avec un prof de philo...

orientation mieux-travailler Soutien scolaire - Bonnenote.fr le site polémique qui fait les devoirs à votre place Même les devoirs s'achètent ! Le site Bonnenote créé la polémique, explications, éclairage juridique et test du service avec un prof de philo... bonne note legal, bonne note service

Sébastien Labrusse, professeur de philo, a corrigé la copie commandée sur Bonnenote.fr : "Ensemble médiocre" Crédit photo : Le Parisien Aurélie Ladet

Consultez aussi :

A peine lancé, le service Bonnenote ravive la polémique sur ces sites qui proposent de faire les exercices des élèves à leur place, moyennant finances.

La pilule passe très mal dans le monde de l’éducation. « C’est scandaleux, une marchandisation totale du système éducatif », s’étrangle Liliana Moyano, la présidente de la fédération de parents d’élèves FCPE. Au feu les cahiers, par ici la monnaie ! Un entrepreneur de 24 ans, Victor Der Megreditchian, vient d’importer en France un commerce florissant outre-Manche : il propose aux jeunes de faire les devoirs à leur place, moyennant finances. Le nom de son site fait rêver : il s’appelle Bonnenote.fr. Les résultats de notre test un peu moins (lire ci-contre).

Sur la Toile anglaise, Ivory Research, entre autres, vend depuis des lustres et sans complexe des devoirs « de qualité », garantis sans plagiat. On peut même y choisir le niveau attendu pour la copie, sachant qu’une « first grade » (plus de 16/20) coûtera beaucoup plus cher qu’une note moins clinquante.

La start-up Bonnenote ressemble à la plate-forme Uber


Bonnenote, petite sœur revendiquée de cette entreprise, promet à son tour aux francophones « un devoir sur mesure » dans toutes les matières, du collège au master. La start-up ressemble à la plate-forme Uber : elle met en relation des clients avec des « rédacteurs ». Ces derniers, libres de travailler un peu, ou jour et nuit, sont notés par les élèves pour la qualité de leurs productions et rémunérés en fonction.

« Nous ciblons une clientèle d’étudiants, mais notre service intéresse aussi des parents qui aident leurs enfants dans leurs devoirs et veulent gagner du temps », confie le fondateur. Voilà deux ans qu’il travaille à son projet, après avoir lui-même abondamment utilisé les sites de custom writing à Londres, où il vient de finir ses études de commerce. « Beaucoup d’élèves n’arrivent pas à commencer une copie, c’était mon cas », raconte-t-il. Le site, en plus des devoirs tout faits, permettra sous peu de commander des exposés, des présentations, et même les fiches de lecture d’ouvrages qu’on n’a jamais ouverts.

Bonnenote n’est pas le premier à se lancer en France.


En 2009, Stéphane Boukris avait créé le très explicite Faismesdevoirs.com. Tentative avortée : après trois jours d’une polémique monstre, le jeune loup a sabordé son navire « sous la pression du gouvernement », confie-t-il aujourd’hui. « A l’époque, nous avions eu 20 000 demandes de correction en trois heures ! L’idée en termes de business est bonne. Moralement, c’est autre chose », concède-t-il.

Victor Der Megreditchian se défend, quant à lui, de participer à une triche organisée. « Nous voulons seulement aider les élèves à avoir leurs diplômes, affirme-t-il très sérieusement. Notre objectif est de leur donner l’exemple du devoir parfait, ensuite le client est responsable de ses actes. C’est comme un médicament : ce n’est pas la faute du laboratoire si le patient l’utilise mal, ou trop. » En cas de gros temps, il n’est pas inquiet et se dit prêt à « changer de business model ». Sur le papier, le projet a tout pour générer, si ce n’est des bonnes notes, au moins de jolis résultats financiers : avec 2,5 milliards de chiffre d’affaires par an, le marché du soutien scolaire français est le plus prospère d’Europe.

Le service de rédaction de devoirs est-il légal ?


La loi réprimant la fraude aux examens, votée le 23 décembre 1901, n’a pas anticipé l’éventualité d’un service Web payant, bûchant à la place des élèves. « Nous respectons toutes les lois », assure le fondateur de Bonnenote.

« En fait, celui qui court le risque n’est pas le site mais son utilisateur », précise Valérie Piau, avocate en droit de l’éducation. « Les élèves s’exposent à une sanction disciplinaire, par exemple un zéro, s’il apparaît qu’ils ont triché à leur devoir en le faisant faire par un autre. Et si la note compte pour l’obtention d’un diplôme d’Etat, le procédé pourrait s’apparenter à de la fraude ( NDLR : qui peut être punie de sanctions administratives et pénales) », explique la spécialiste. Mais encore faut-il que l’établissement puisse apporter la preuve de la triche. Or, Bonnenote promet des copies originales, garanties sans plagiat… donc indétectables.


=> Bonnenote.fr : le test / 25 euros la copie et 8/20 à l'arrivée. + Zéro pointé en orthographe.

Christel Brigaudeau


Réagir sur le Forum Orientation

Le Parisien
17.02.2017

Retour au dossier Pratique
Pratique : Soutien scolaire - Bonnenote.fr le site polémique qui fait les devoirs à votre place : Imprimer
Derniers articles "Pratique"

Commentaires / Réactions

Réagir sur cet article via un commentaire dans notre forum

 

Pratique : consultez aussi...

orientation
4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

4L Trophy 2017 : les voitures sont maintenant géolocalisables

Mercredi 22 février 2017 : les équipages inversent les parcours pour cette quatrième journée de compétition ! C’est déjà bientôt la fin du rallye, il faut profiter à tout prix !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

4L Trophy 2017 : l'heure des « bacs à sable » a sonné !

Mardi 21 février : les Trophistes avaient bac aujourd’hui. Pas philo ni chimie… mais sable. Le road-book indiquait 104km au programme d’une étape intitulée Erg Chebbi, du nom des montagnes de sables qui bordent le bivouac.

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

4L Trophy 2017 : road-book et boussole, c’est parti pour la piste...

Lundi 20 février : Cette fois, le road-book et la boussole, c’est pour de vrai. Et la piste aussi. des rencontres émouvantes et une cérémonie de remise des dons impressionnante pour cette première journée de compétition !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

4L Trophy 2017 : bien arrivé au Maroc, bienvenue à Boulajoul !

Samedi 18 et dimanche 19 février 2017 : fin de la liaison libre vers Algéciras et traversée du détroit de Gibraltar…direction Boulajoul !

Soutien scolaire : Le site Bonnenote sur la sellette, menacé de fermeture

Soutien scolaire : Le site Bonnenote sur la sellette, menacé de fermeture

Des enseignants atterrés, le ministère de l'Education nationale mobilisé... et un syndicat lycéen demande l’interdiction de ce service qui fait les devoirs à la place des élèves.

4l Trophy : l'imagination débordante des étudiants pour se démarquer

4l Trophy : l'imagination débordante des étudiants pour se démarquer

Regardez-nous, nous sommes les plus jolies du 4L Trophy ! Pour sortir du lot des 1450 véhicules et attirer les sponsors il faut avoir du style... focus sur 2 équipages très stylés.

Ecoles à la Une

Coup de projecteur sur...

encoche
CLCF - Conservatoire Libre du Cinéma Français
La longue histoire du CLCF depuis 1963 n’en fait pas une vieille dame indigne...
ESMAE - Ecole des professionnels du recrutement et de l’intérim
Devenez acteurs des métiers du recrutement et de l’intérim. Les fonctions...
ISTH
Depuis 1954, l'ISTH confirme sa place de leader parmi les grandes classes...

ANNUAIRE FORMATIONS

Mots clés
Domaine de formation


ZAPPING FLYERS

+ d'événements

Newsletter le Parisien Étudiant

Les soirées, bons plans, actu, orientation, ... *

Votre inscription a bien été prise en compte.
Newsletters du Parisien

* J'accepte de recevoir les communications du Parisien.