Le Parisien Etudiant   Imprimer cette page
Le « StreetPacking » des étudiants parisiens
Les étudiants de l'EPSAA délivrent un message universel à tous les Parisiens : « Vous m’aviez manqué » au Palais Brongniart, place de la Bourse
Mathieu Roux, le directeur général du Palais raconte cette aventure éphémère des étudiants de l’École Professionnelle Supérieure d’Arts Graphiques.

Quelle est l’histoire de cette création éphémère réalisée par les étudiants en école d’art ?


Ce bâtiment appartient à la ville et fait partie du patrimoine de Paris. Pour valoriser le site, nous avons souhaité après le déconfinement faire redécouvrir ce lieu au grand public en s’appuyant sur la façade, imposante et historique. Le street art est un moyen de révéler cela simplement à une large audience. Nous nous sommes associés à l’école d’art graphique de la ville avec comme ambition de replacer l’histoire de ce lieu et sa fonction dans la cité.

C’est la crise qui a inspiré ce concours auprès des jeunes artistes ?


Dans un esprit de résilience nous leur avons demandé de réfléchir au message que nous pouvions afficher. Le pitch suivant leur a donc été soumis : proposer une accroche en s’inspirant de ce que nous avions vécu. Leur imagination a été fertile, puisqu’une centaine de phrases ont émergé. Au final, nous avons sélectionné « Vous m’aviez manqué ». Une véritable déclaration d’amour d’un lieu vers les parisiens. Cette opération est une occasion unique d’offrir une visibilité aux jeunes générations et leur donner la parole à travers leur propre message d’unité ou d’engagement. Nous en profitons également pour communiquer sur l’activité événementiel qui a souffert énormément et qui est un secteur économique très important.

Quelle a été l’implication des étudiants ?


Comme tous les étudiants, ils ont dû plancher depuis chez eux avec leurs enseignants à distance, pour le concept comme la réalisation graphique. L’œuvre est immense et en même temps très simple visuellement. C’est vraiment l’expression de ce que les jeunes ont vécu durant cette période inédite.

Propos recueillis par Gilbert Azoulay


Retour au dossier écoles

Par Gilbert - Le 18.08.2020